Aller au contenu principal

Réseau apiforme

Depuis 2010, l'établissement fait partie du réseau national des exploitations agricoles sur l'étude et l'observation des pollinisateurs (Apoïdés = Abeilles solitaires) dans le cadre du réseau Apiformes en partenariat avec la Bergerie Nationale et l'INRA d'Avignon. Ce travail est animé par Christophe PHILIPPE (référent apiformes et Technicien Formation Recherche), les enseignants de biologie-écologie ainsi que les élèves de la filière Gestion des Milieux Naturels et de la Faune (GMNF) et de la classe de 3ème.

Le réseau termine aujourd'hui sa seconde phase sur une extension 2017-2020.

Quelles abeilles pour polliniser quelles cultures ? Un inventaire des abeilles sauvages qui visitent les espèces cultivées en France métropolitaine.

2 grands axes de travail sont suivis :

1) Recueillir et analyser des données sur les Apiformes qui visitent les cultures, par des observations répétées dans le temps selon un protocole standard, afin d’améliorer les connaissances sur ces espèces, leur écologie et leur rôle dans la pollinisation de ces cultures.

2) Communiquer vers les apprenants des EPL, les professionnels et le grand public, dans une logique de formation et de sensibilisation aux insectes pollinisateurs.

Dans ce sens, le Réseau Apiformes se focalise sur l’inventaire de la faune d’abeilles sauvages dans les cultures au sens le plus large (cultures annuelles, cultures pérennes, inter-rang, prairies permanentes et prairies temporaires contenant des espèces nectarifères ou pollinifères, jachères fleuries et parterres horticoles). En effet, ces cultures peuvent constituer une ressource intéressante pour la conservation de certaines espèces d’abeilles dans les agrosystèmes (Todd et al. 2016). Par ailleurs, il apparaît aujourd’hui qu’une gestion s’appuyant sur des éléments fixes du paysage comme les haies peut améliorer la situation des populations d’abeilles sauvages même en milieu agricole intensif (Kremen et al. 2015). Conjugué avec les éléments du 2ème pilier de la PAC, il existe donc des moyens d’action pour stopper le déclin des populations d’abeilles et renverser la tendance (Carvalheiro et al. 2013). C’est dans ce contexte qu’il apparaît aujourd’hui essentiel de faire un inventaire de la faune d’abeilles présente sur les cultures en France métropolitaine afin d’associer le monde agricole au Plan National d’action 2016-2020 France Terre de pollinisateurs lancé par le Ministère en charge de l’Environnement. ( http://www.insectes.org/opie/pdf/3993_ pagesdynadocs570e1d6156925.pdf). D’ailleurs le soutien du réseau Apiformes figure dans les 10 actions phares de ce plan.

 

Différentes méthodes sont utilisées pour observer ces pollinisateurs.

1ère méthode : La capture au filet (chasse à vue) sur des cultures diverses selon un protocole bien précis (Vaissière et al. 2011 ; http://www.fao.org/3/a-i1929e.pdf ; Garibaldi et al. 2016).

2ème méthode : Piégeage avec des coupelles colorées. Les élèves posent ces jeux de coupelles en bord de culture ou en lisière de forêt sur des supports prévus. Chaque coupelle colorée est remplie d'eau avec une goutte de liquide vaisselle. Les supports sont espacés de 5 m minimum. Après 24h les élèves reviennent récupérer les insectes piégés à l'intérieur. Chaque coupelle colorée a un flacon d'alcool attribué pour stocker les abeilles collectées. Ces abeilles solitaires seront préparées au laboratoire pour identification au genre et à l'espèce (lire en pièce jointe le pdf).

L’identification des plantes s’effectue sur place dans la mesure du possible à l’aide d’une flore. Dans le cas contraire, un rameau florifère est prélevé puis placé dans une presse munie de papier buvard afin d’être séché et identifié ultérieurement avec une flore. Les insectes capturés sont donc conservés au froid (-18°c) ou dans l’éthanol à 70% jusqu’à ce qu’ils soient montés et préparés pour identification. Une fois préparées, les abeilles sont identifiées au genre et expédiées à l’INRA d’Avignon pour être envoyées à des spécialistes qui les identifieront à l’espèce. Les résultats des relevés sont rapidement accessibles en ligne dans les pages du « carnet de terrain » du site FlorAbeilles ( http://www.florabilles.org/) pour les gestionnaires, les agriculteurs, et le grand public.

En pièce jointe vous pouvez lire le document concernant le plan national d'actions des pollinisateurs qui concerne l'établissement du Montat sur l'étude des pollinisateurs (réseau APIFORMES).